Jean-Fabien Steck : Les bas-fonds de Bouaké

Jean-Fabien Steck : Les bas-fonds de Bouaké

with Pas de commentaire

La ville de Bouaké, deuxième plus grande ville de Côte d’Ivoire avec 550 000 habitants (RGPH 2014), située en région de savanes au centre du pays, est localisée sur un site caractérisé par de nombreux cours d’eau et bas-fonds, zones humides fertiles objets de bien de convoitises agricoles et de bien des enjeux d’aménagement. Ceux-ci, éléments paysagers de toute première importance, contribuent à fragmenter l’espace urbain et leur présence est, de ce fait, un défi pour l’aménagement de la ville. Ces bas-fonds sont colonisés par de nombreux agriculteurs, associant quelques élevages piscicoles, culture du riz et maraîchage (photographies 1 et 2).

Photo 1 : Pisciculture et riziculture dans les bas-fonds de l’ouest de Bouaké, entre le village d’Assoumakro et le camp pénal. Bouaké, janvier 2015

 

Photo 2 : Le bas-fond entre les quartiers de Tolakouadiokro et Dar-es-Salam. Bouaké, janvier 2015

 

Si ces activités contribuent à créer des corridors verts de facto au sein de la ville et à participer à l’entretien des bas-fonds, elles ne vont pas sans poser quelques sérieux problèmes.

  • Sur le plan environnemental tout d’abord, puisque la mise en culture des bas-fonds et l’édification de digues (photographie 1) perturbent l’écoulement des eaux, en saison sèche au détriment des usages qui pourraient être faits de cette ressource en aval ; en saison des pluies en freinant l’écoulement des eaux et en aggravant de ce fait les inondations qui touchent les habitations les plus proches – pour la plupart édifiées sans permis de construire.

Traversant la ville, ces bas-fonds subissent aussi la pollution de leurs cours d’eau, réceptacles d’écoulements pluvieux (photographie 3) et domestiques plus ou moins maîtrisés, et des espaces interstitiels, qui servent trop souvent de dépôts sauvages d’ordures contre lesquels tentent de lutter les agriculteurs (photographies 2 et 4).

Photo 3 : Des drains d’écoulement des eaux de pluies inachevés, dans le quartier de Broukro. Bouaké, janvier 2015
Photo 4 : Limiter les dépôts d’ordures dans les bas-fonds : panneau installé par un agriculteur pour protéger ses terres dans le bas-fond localisé entre les quartiers d’Ahougnanssou et Broukro. Note : la maison inachevée au second plan est un projet abandonné du fait des inondations. Bouaké, janvier 2015

 

  • Sur le plan foncier ensuite, puisque les terres des bas-fonds sont officiellement des terres communales dont les villageois, puis certaines catégories de citadins s’essayant à la culture urbaine lorsqu’ils résident à proximité (comme c’est le cas des résidents du camp pénal), se sont appropriés l’usage  au point de les considérer aujourd’hui comme leur propriété en en restreignant l’accès  par un contrôle social fort.
  • Sur le plan des usages enfin, puisque l’importance pris par l’agriculture de bas-fonds peut, en certains endroits et du fait de son exclusivité, empêcher tout autre usage de ces espaces, y compris circulatoire. C’est ce dernier point qui semble aujourd’hui le plus stratégique : comment intégrer en effet ces bas-fonds dans le nouveau schéma directeur d’urbanisme de la ville de Bouaké en conservant leurs usages agricoles tout en permettant une fréquentation et un usage accrus par les autres citadins, notamment dans le cadre de leurs déplacements piétonniers ? Si la question ne se pose pas vraiment pour les bas-fonds qui sont déjà situés en centre-ville, où les points de franchissement pour piétons, deux-roues et voitures, ponts (les moins nombreux), routes et sentiers informels d’abord façonnés par leurs utilisateurs (les plus nombreux, photographies 5 et 6), ne manquent pas.
Photo 5 : Gué entre le village d’Assoumakro et le Campus 1 de l’Université A. Ouattara de Bouaké. Le pont est fait de planches de bois et de sacs de sable. En saison des pluies, seul le franchissement à pied et en deux roues est possible. Bouaké, janvier 2015

 

Photo 6 : Pont de fortune permettant le franchissement du bas-fond entre le village d’Assoumakro et le quartier de Djezoukouamekro. Bouaké, janvier 2015

Il en va tout autrement pour les bas-fonds situés en périphérie et dont les interfluves sont en cours d’urbanisation (photographie 7). Là, les agriculteurs veillent jalousement à leurs terres et aux sentiers qui les traversent, sentiers qui semblent à leurs yeux n’avoir d’autre finalité que celui de leur permettre d’aller à leurs champs et d’entretenir leurs casiers : selon leurs dires une trop forte fréquentation fragiliserait les digues et, plus souvent évoqué, la proximité des sentiers et des cultures constituerait une aubaine pour les chapardeurs.

 

 

Photo 7 : Lotissement à l’ouest du village d’Assoumakro : si les constructions tardent à se réaliser, le parcellaire, les réseaux et points d’accès aux réseaux sont déjà réalisés. Ici, un compteur d’eau. Bouaké, janvier 2015

Ce carnet de terrain a été alimenté par les travaux de 4 étudiants du master STU de Sciences Po :

Simon De Bergh, Roxanne de Saint-Denis, Pauline Prévost et Hélène Titeux

Par Jean-Fabien Steck
Maître de conférences en Géographie – Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Pour citer cet article : Jean-Fabien Steck, « Les bas-fonds de Bouaké », carnet de terrain, Rés-EAUx, Publié le 05 février 2016, [En ligne] https://reseaup10.u-paris10.fr/carnet-de-terrain-les-bas-fonds-de-bouake/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.