Activité des membres (1/3) : Félicitation à Agnès-Renard Toumi, nouvelle docteure du rés-EAU P10!

with 2 commentaires

Le rés-EAU P10 est heureux d’annoncer que Agnès Renard-Toumi est devenue le vendredi 15 novembre 2013 , docteure en géographie de l’université Jean Moulin – Lyon 3 en soutenant sa thèse intitulée : « Mares et plaines alluviales du Niger supérieur et de ses affluents (Guinée, Mali) – Hydrodynamique et ressources associées ».

Jury de thèse :
Olivier BARRETEAU, Directeur de recherche, IRSTEA, examinateur
David BLANCHON, Professeur, Université Paris X, rapporteur
Dominique DUMAS, Professeur, Université Lyon 3, examinateur
Luc FERRY, Directeur de recherche, IRD, directeur de thèse
Michel MIETTON, Professeur, Université Lyon 3, directeur de thèse
Pierre-Gil SALVADOR, Professeur, Université Lille 1, rapporteur
Serge VOLPER, Ingénieur de recherche, CIRAD, examinateur

Résumé – L’étude des mares et des plaines alluviales du Niger supérieur et de ses affluents révèle la grande variété des modes de mise en valeur des ressources de ces milieux. Les pratiques hydro-agricoles recensées sont classées selon leur degré de maîtrise de l’eau, depuis les pratiques de submersion libre (Baro) ou partiellement contrôlée (Office Riz Ségou) jusqu’à l’irrigation gravitaire manuelle, motorisée (moto-pompage de la basse vallée du Sankarani) ou encore grâce à un barrage (périmètre irrigué de Baguinéda). La plupart des mares recensées fait par ailleurs l’objet de pêches collectives spectaculaires. Au-delà des apports nutritionnels issus de la pêche des poissons retenus prisonniers dans les points bas des plaines suite à la décrue du fleuve, ces rassemblements véhiculent des valeurs sociales, culturelles et symboliques fortes et emblématiques du Haut Niger.
Les entretiens, les mesures hydrométriques ainsi que l’étude approfondie du cas de la plaine alluviale du Niandan à Baro, ont permis d’identifier les pratiques tributaires du régime fluvial. La réalisation future du barrage de Fomi sur le Niandan en Guinée pose la question du maintien de l’accessibilité des ressources – agricoles et de pêche – des plaines alluviales pour les populations riveraines. Les connaissances apportées sur la mise en valeur actuelle des plaines alluviales du Niger supérieur doivent par ailleurs permettre d’anticiper les impacts d’un tel ouvrage. L’étude des scenarii de gestion proposés jusque-là incite, à la lumière des retours d’expérience des grands barrages déjà existants en Afrique de l’Ouest, à notamment réexaminer l’intérêt de produire une crue artificielle.

Mots-clés – environnement, ressources, plaine alluviale, hydrométrie, Niger supérieur

Summary – The study of small lakes and alluvial floodplains of the Upper Niger River and its tributaries reveals the large variety of ways of developing the resources of these areas. The listed hydro-agricultural practices are classified according to their degree of water control, such as the practices of free flooding (Baro) or partially controlled flooding (Office Riz Ségou) as well as the ”gravity irrigation / surface irrigation”, which could be either manual or motorized (motorcycle-pumping of the low valley of Sankarani) or else thanks to a dam (irrigated perimeter of Baguinéda). Most of the listed small lakes are besides the object of spectacular collective peaches. Beyond the nutritional contributions stemming from the fishing of trapped fishes in the low points of the alluvial plains subsequent to the flood recession, these gatherings convey strong and symbolic social, cultural and symbolic values. Interviews and hydrometric measures as well as the depth study of the case of the alluvial floodplain of the Niandan River at Baro, allowed to identify the practices dependent on the river regime. The future realization of the dam of Fomi across the Niandan River in Guinea raises the question of the preservation of the accessibility of the resources – agricultural and fishing – of alluvial floodplains for local communities. The knowledge brought on the current development of the Upper Niger River besides have to allow to anticipate the impacts of such a work. In the light of the experience feedback of the already existing dams in West Africa, the study of the current river management leads to revise the interest of artificial flooding.

Key-words – environment, resources, floodplain, hydrometry, Upper Niger River

L’ensemble du rés-EAU P10 félicite chaleureusement Agnès pour son brillant parcours de doctorat, et lui souhaite beaucoup de réussite pour la suite de sa carrière!

2 Responses

  1. Kevin de la Croix
    |

    Bravo Agnès pour ton travail et ta soutenance! A très bientôt sur les rives du fleuve Niger 😉 !

  2. Agnès Renard-Toumi
    |

    Un grand merci Kévin, pour ta présence et ton soutien! A nos prochaines collaborations (terrain, publi…)!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.