Séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques: Evaluer les attitudes à l’égard des paysages de l’eau, 26 mars

with Pas de commentaire

Logo séminaire réseau p10

Le rés-EAU P10 a le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques :

Yves-François Le Lay, MCF en géographie à l’ENS de Lyon et UMR 5600 Environnement Ville Société, interviendra sur le sujet « Evaluer les attitudes à l’égard des paysages de l’eau : Méthodes et applications ».

La séance aura lieu le mardi 26 mars 2013 à 10h30, à l’université Paris Ouest Nanterre, bâtiment D, salle 310.

Affiche-seminaire-yves-le-lay

« Passer d’une politique publique dite classique (top-down) à la gouvernance de l’eau consiste à adopter des modalités d’action et de prise de décision plus partenariales, plus interactives et plus flexibles. La gouvernance de l’eau repose avant tout sur la capacité à mettre en œuvre des partenariats efficaces entre les différents acteurs, malgré des divergences d’intérêts et de pratiques. Dans un contexte où est promue une gestion intégrée de la ressource en eau et des écosystèmes aquatiques, comment caractériser et évaluer les composantes cognitive, affective et conative des attitudes tenues à l’égard des paysages aquatiques et de leurs mutations ? Cette intervention présente deux techniques susceptibles d’appréhender les sentiments, les idées et les références à l’œuvre au sein des communautés locales.

Pour étudier ce basculement politique de la gestion de l’eau, un corpus de lois françaises (de 1898 à nos jours) a été étudié au prisme de la textométrie (via la plateforme opensource TXM). Cette étude éclaire les particularités de la gestion intégrée, en termes de thématiques, d’acteurs et d’échelles spatio-temporelles. A la lumière de ce tournant juridique vers ce qui peut être appelé la durabilité, une étude de cas italienne (fleuve Magra) permet de souligner les ressorts et les freins à la mise en place de ces principes à l’échelle locale. Une enquête par photo-questionnaire propose alors des éléments d’explication pour mieux comprendre les perceptions, les représentations et les attitudes de différents types d’acteurs selon des degrés de familiarité avec le paysage de rivière en tresse et de connaissance du fonctionnement de cet écosystème.

Le travail en archives, les campagnes d’entretiens ou les questionnaires contribuent à la production de données dont l’analyse requiert de plus en plus des logiciels d’analyse textuelle et d’analyse statistique, a fortiori si les résultats et leurs interprétations sont destinés à être valorisés non seulement dans la littérature scientifique mais aussi dans le cadre de programmes de gestion ou d’aménagement (comme la restauration physique des cours d’eau) qui s’efforcent de plus en plus de considérer les composantes sociales, économiques et culturelles des communautés riveraines pour favoriser la participation et la concertation. »

Répondre

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.