Marie-Anne Germaine : Petite hydroélectricité au Laos

Marie-Anne Germaine : Petite hydroélectricité au Laos

with Pas de commentaire

English below

Si le Laos est souvent cité pour l’aménagement de grands barrages hydroélectriques, l’exploitation de la force des rivières s’opère également par de petites installations. C’est le cas à Ban Nalan Neua dans la province de Luang Namtha au nord du pays. Dans ce village, accessible après 3 à 4 heures de marche en montagne depuis les villages situés au bord de la route (Ban Chaleursnouk), l’électricité est fournie par la rivière Nam Ha.

reseau p10 laos barrages
Photo 1 : Barrage sur la rivière Nam Ha (Juin 2015)

Il y a quatre ans, les villageois ont construit un barrage en bambou et bois sur la rivière à proximité immédiate du village. Plusieurs familles disposant de suffisamment de revenus y ont installé des pico-turbines, c’est-à-dire de petites installations hydroélectriques composées d’un barrage et d’une turbine hydraulique (moins de 5 kW ici) achetés au marché chinois permettant d’alimenter les maisons pour assurer l’éclairage voire le chargement d’appareils électriques (télévision, téléphone portable). Ces aménagements constituent une alternative aux panneaux photovoltaïques installés dans plusieurs villages. Il s’agit d’une source d’énergie renouvelable précieuse dans ces villages isolés qui permet d’améliorer le confort quotidien des villageois.

réseau P10 laos barrages
Photo 2 : Turbine installée sur un barrage sur la rivière Nam Ha et reliée à une maison dans le village de Nalan Neua (Juin 2015)

Ces installations ne fournissent cependant qu’un faible volume d’énergie et celui-ci reste incertain du fait des conditions hydrologiques. Le régime des rivières est en effet fluctuant et nécessite, notamment durant la saison des pluies, que les villageois retirent les pico-turbines afin de ne pas les détériorer. La montée des eaux rapide et l’augmentation du courant après les pluies menacent en effet le maintien du barrage comme des turbines qui comportent des pièces fragiles. À l’image des maisons traditionnelles des villages dont les matériaux de construction évoluent (des toits en végétaux aux tôles par exemple) pour garantir une plus grande pérennité, on peut imaginer que des installations hydroélectriques plus pérennes seront imaginées pour garantir une alimentation en électricité plus sûre aux villageois comme essaient de le promouvoir certaines ONG dans d’autres lieux (Lao Institute of Renewable Energy par exemple).

Un grand merci à Phonsak pour la traduction dans les villages et aux villageois.

par Marie-Anne Germaine
Maître de conférences en géographie, Université Paris Ouest

Pour citer cet article : Marie-Anne Germaine, « Petite hydroélectricité au Laos », Cartes postales, Réseau P10, publié le 3 juillet 2015.


 

Although Lao PDR is often mentioned for its big hydroelectric dams, hydropower is also provided with smaller installations. This is the case at Ban Nalan Neua in Luang Namtha province located in the north of the country. In this remote village which is neither accessible by car nor by motorbike but after a 3 or 4 hours walk in mountains from village near the road (Ban Chaleursnouk), electricity is provided by the river Nam Ha.

Villagers who have enough money have built a bamboo and wood dam on the river close to the village four years ago. Many families have installed pico-turbines (less 5 kW) bought at the Chinese market in order to provide houses with electricity for light and some electrical equipment (television, phone). These hydroelectric developments are an alternative to solar energy for some villages located near a river. This is a renewable energy precious to improve the comfort of the villagers.

However, they provide a small amount of unreliable power. Because rivers hydrological regime is not regular, villagers need to take care of dams and pico-turbines. They need to be replaced frequently and they remove them during the rainy season. Like the traditional houses which building materials evolve (vegetable roofs replaced by sheets of steel roof) to ensure a bigger sustainability, we can imagine that more long-lasting installations will be imagined to guarantee a safer power supply to the villagers as some NGO are trying to promote in other places (like Lao Institute of Renewable Energy).

Thanks to Phonsak for the translation in the villages and to villagers.

by Marie-Anne Germaine
Researcher in geography, University of Paris Ouest

Quote this article : Marie-Anne Germaine, « Petite hydroélectricité au Laos », Cartes postales, Réseau P10, published on july 3rd 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.