L’exposition « L’eau ne tombe plus du ciel » du Rés-EAUx à l’Université d’Artois – Arras

L’exposition « L’eau ne tombe plus du ciel » du Rés-EAUx à l’Université d’Artois – Arras

with Pas de commentaire

L’exposition photographique du Rés-EAUx  » l’eau ne tombe plus du ciel  » sera exposée à la bibliothèque universitaire de l’Université d’Artois à Arras du lundi 12 mars au vendredi 16 mars dans le cadre de la semaine du Développement Durable.

Un vernissage de l’exposition aura lieu le lundi 12 mars à 18h suivi d’un cocktail fabriqué lors de l’atelier cuisine.

 » Du 12 au 16 mars, découvrez une exposition de photos montrant comment l’installation de techniques de pompage d’eau transforme le quotidien des hommes dans le cadre de la semaine du Développement Durable

Alors que plus des 2/3 de la surface de la Terre sont recouverts d’eau, 1/3 des Hommes n’y ont pas accès. Des scientifiques mettent ainsi au point des techniques de pompage adéquates pour puiser l’eau en sous-sol.

L’objectif immédiat de l’installation de machines qui pompent les eaux souterraines est d’alimenter une population locale en eau douce. Objectif louable, certes, mais qui a des conséquences : la pompe à eau crée une activité. On crée des routes pour y accéder, on installe la machine, on forme à la technique, on livre l’eau et on passe commande. Les implications sont logistiques, économiques et sociales. Des habitudes se créent. Des intérêts politiques divergents s’affrontent parfois, la présence d’une telle machine ayant des répercussions géopolitiques fortes allant jusqu’à déstabiliser les relations entre certains pays.

De plus, au moment de la conception technique de la pompe puis de son installation, on porte souvent peu d’intérêt à l’esthétique de la machine. Parfois imposant, le système de pompage alors mis en place fait peu de cas du cadre alentour. Pourtant, en plein désert ou en montagne, à la périphérie d’une ville ou isolée dans une région aride, une pompe dessine un autre paysage.

L’association Rés-EAUx – Réseau d’Etudes et d’Echanges en Sciences Sociales sur l’Eau, groupement de chercheurs en sciences de l’eau, propose en 36 photographies extraites du monde entier une diversité de résultats obtenus après l’installation d’une pompe en termes non seulement techniques et politiques mais aussi esthétiques. Les photographies exposées ont été sélectionnées dans le cadre d’un concours photos lancé l’année dernière par l’association. « 

Répondre

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.