8e Apér-Eau scientifique : « Les Tuamotu entre deux eaux » – Lydie Goeldner-Gianella et Delphine Grancher – 29 mai 2018

8e Apér-Eau scientifique : « Les Tuamotu entre deux eaux » – Lydie Goeldner-Gianella et Delphine Grancher – 29 mai 2018

with Pas de commentaire

Le 8e apér-eau scientifique du Rés-EAUx aura lieu le mardi 29 mai 2018 à 19h sur la Péniche Antipode.

Lydie Goeldner Gianella (Professeure de Géographie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) et Delphine Grancher (Ingénieure de Recherche au Laboratoire de Géographie Physique UMR 8591 CNRS) présenteront leurs travaux sur les eaux, douces et salées, dans l’archipel des Tuamotu en Polynésie Française.

Pour introduire l’apér-eau, Rivel Moumbogoyo, nouveau membre du Rés-EAUx et doctorant en géographie à l’Université d’Orléans, présentera également son travail de terrain sur les activités anthropiques dans les lacs du Bas-Ogooué au Gabon.

Résumé de l’intervention de Lydie Goeldner-Gianella et Delphine Grancher :

L’archipel français des Tuamotu, situé dans la partie septentrionale de la Polynésie française, dans l’Océan Pacifique, est uniquement constitué d’atolls, c’est-à-dire d’anneaux coralliens à la topographie très basse, cernés de part en part par l’eau de mer mais également réceptacles des eaux de pluie indispensables aux populations et qui sont stockés naturellement dans d’étroites lentilles ou artificiellement dans des citernes. De nos jours, ces atolls habités peuvent connaître des situations difficiles, du fait de leur « position » entre deux eaux, marine et douce : érosion localement marquée, épisodes de submersions des zones habitées, phases de blanchissement du corail liées au réchauffement des eaux marines, périodes de sécheresse nuisibles à la végétation mais aussi à l’alimentation en eau des populations. Or ces événements pourraient  s’aggraver à l’avenir, du fait du changement climatique, et se traduire, dans certains cas, par la nécessité d’un déplacement des populations. Notre exposé traitera plus particulièrement des atolls de Rangiroa, Tikehau et Takapoto, sur lesquels nous avons effectué deux missions longues en 2016 et 2017.
 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.