Ornella Puschiasis : Un premier billet: impressions sur le bar des sciences sur l’eau du vendredi 8 février

Ornella Puschiasis : Un premier billet: impressions sur le bar des sciences sur l’eau du vendredi 8 février

with Un commentaire

Je tiens à partager avec vous ma première expérience de « médiation scientifique » qui s’est tenue le vendredi 8 février 2013 à 20h30 à la Maison des Jeunes et de la Culture de Savigny sur Orge.

Quelle aubaine de parler d’eau dans une commune de l’Essonne qui se situe à la confluence de deux cours d’eau, l’Yvette et l’Orge, et ce alors que la météo est à la pluie. Arrivée un peu plus tôt à la MJC pour rencontrer les autres intervenants, je fais connaissance  avec Paul de Brem, journaliste scientifique et animateur des Bar des Sciences de Savigny depuis une dizaine d’années, avec qui j’ai préalablement échangé sur mes recherches en cours par téléphone afin de préparer cette soirée.

Justement on peut se demander ce qu’est un bar des sciences, et un éclairage est donné sur le site de la MJC : « Le bar des sciences c’est une rencontre sans discours, sans estrade ni tabou. Les chercheurs viennent partager leur passion avec tous ceux qui sont prêts à entrer de plain-pied dans l’univers des sciences. Tous les sujets sont permis, on y parle de la science en marche, de la société, de la vie » . La soirée s’annonce donc très conviviale et c’est devant un bar justement, à grignoter un sandwich et siroter mon jus d’orange, que je rencontre également Jean-Claude Deutsch, chercheur émérite du LEESU (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains) à l’université Paris Est de Champs sur Marne.  Avec lui nous échangeons sur la mise en réseau récente des personnes travaillant sur les sciences sociales de l’eau, notamment sur la ville. Il a aussi contribué au dessin de la discipline d’hydrologie urbaine avec une expérience forte en région parisienne mais aussi dans d’autres bassins versants du monde. Je me sens rassurée, si on a des questions sur l’eau et la ville, il prendra assurément le micro!

Justement il est 20h30, nous avançons vers la salle dédiée au bar des sciences, un rideau est tiré sur la scène derrière nous, quatre chaises où sont déposés des micros à notre intention nous attendent, tout comme un public composé d’une trentaine de personnes. J’ai un peu le tract mais cela s’estompe quand je vois Mr Mohamed Larbi Bouguerra s’avancer. Je suis impressionnée par cet ancien professeur à la Faculté des Sciences de Tunis et ancien directeur de recherche associé au CNRS, qui a fait une thèse en sciences physiques nourrie par un parcours de chercheur en géographie, auteurs de nombreux ouvrages sur l’accès à l’eau, les questions de pollution, etc. Me voilà donc bien entourée étant donné les qualités des autres intervenants et de l’animateur de la soirée.

De droite à gauche: Larbi Bouguerra, Jean-Claude Deutsch, Paul de Brem et Ornella Puschiasis

De droite à gauche: Larbi Bouguerra, Jean-Claude Deutsch, Paul de Brem et Ornella Puschiasis

Le ton de ce bar des sciences est donné par Paul De Brem avec une accroche autour de l’eau : un or bleu convoité. La parole nous revient ensuite avec une courte présentation de chacun et un échange sur nos parcours respectifs. Je me sens toute petite à côté de chercheurs connus et reconnus pour leurs travaux et qui ont beaucoup oeuvrés pour la diffusion des connaissances sur une ressource partagée, soumise à de nombreux conflits et pour reprendre leurs termes empreinte « d’aspects physiques mais aussi sociaux et sociétaux ». Le public quant à lui reste attentif et réactif quand il s’agit de poser des questions. Celles-ci sont multiples et concernent à la fois les modalités de transfert de l’eau comme réponses aux questions de pénurie,  mais aussi la pollution due aux traces de médicaments que l’on retrouve dans les analyses, pour aller vers des questions plus générales touchant à la potabilité, à la mise en place de points de collecte d’eau de pluie pour arroser son jardin, aux risques imputés au changement climatique, etc. Des images d’antan sont évoquées comme par exemple le fait d’aller chercher de l’eau à Savigny- sur-Orge à la fontaine derrière la bibliothèque il y a une cinquantaine d’années. Bref un moment de partage et d’échange qui s’est achevé vers 22h30 et qui correspond tout à fait à la définition de cette manifestation donnée par la MJC, on se sent vraiment bien, tous assis autour d’un bar virtuel à discuter d’une grande problématique mondiale avec des mots simples qui cassent les carcans scientifiques de la recherche.

Je vous incite à regarder le programme de la MJC pour assister aux prochains bars des sciences avec un programme varié qui passait par l’exploitation risquée du gaz de schiste, à la physique quantique pour aller vers les textiles intelligents qui seront discutés le mois prochain. Je retiens surtout de cette soirée au delà de l’aspect convivial, l’importance de parler d’une problématique que l’on aborde dans nos recherches dans un cadre plus citoyen qui s’apparente à une agora. Ce n’est pas évident en tant que doctorants contraints à partager l’avancée de nos recherches avec un public plus averti lors de séminaires et conférences, de faire passer le même message devant un public plus citoyen. De même il est primordial de pouvoir s’inspirer de nos travaux en guise d’exemple mais de parler à une échelle plus globale. La médiation scientifique fait d’ailleurs partie des missions du chercheur, aspect du métier trop souvent négligé. Alors à vos micros si vous avez l’occasion de participer à ce genre de manifestation, foncez !

Ornella Puschiasis

Pour citer cet article: Ornella Puschiasis, « Un premier billet: impressions sur le bar des sciences sur l’eau du vendredi 8 février », Billets courts , Rés-EAU P10 / Water Network P10, Publié le 11 février 2013, http://reseaux.parisnanterre.fr/un-premier-billet-impressions-sur-le-bar-des-sciences-sur-leau-du-vendredi-8-fevrier/

One Response

  1. Kevin de la Croix
    |

    Super témoignage! Merci pour ce billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.