Proposition de thèse – Vers zéro perte nette des milieux humides au Québec: pratiques et de représentations (Université Laval de Québec)

with Pas de commentaire

L’université Laval de Québec lance un appel à candidature pour une thèse de doctorat intitulée: « Vers un objectif de zéro perte nette des milieux humides au Québec: lorsque la mise en oeuvre de la politique publique croise des questions de pratiques et de représentations des acteurs ».

Le.a doctorant.e bénéficiera d’une bourse de 4 ans et réalisera sa thèse à l’Université Laval de Québec. Il.elle sera intégré.e à une équipe pluridisciplinaire composée de géographe, d’écologue et de juriste. Une tutelle est en cours de discussion avec l’Université de Lyon.

La thèse aura pour objectif d’étudier le contexte de l’émergence de la loi pour la protection des milieux humides et hydriques et de suivre sa mise en œuvre dans les territoires. Il s’agira plus précisément de répondre à quatre objectifs.
Objectif 1 : Comprendre le contexte d’émergence de la loi 132 en retraçant l’histoire de la gestion des zones humides au Québec. Il s’agira de mettre en perspective la loi 132, avec les politiques actuelles et celles qui lui ont procédé sur la gestion des zones humides en portant une attention spécifique aux acteurs qui ont accompagné ces
évolutions. Il s’agira d’apporter un éclairage sur l’évolution des représentations associées aux zones humides et aux enjeux qui sont associés à leur gestion.
Objectif 2 : Comprendre les incidences de la loi sur la gouvernance et le jeu d’acteurs au Québec et le
caractère opératoire de cette reconfiguration. La loi 132 définit une nouvelle gouvernance pour la gestion des milieux humides et hydriques. Elle confère de nouvelles compétences, notamment aux MRC. Il s’agira dès lors de définir comment les acteurs de l’environnement perçoivent ces nouvelles responsabilités et si elles permettent – ou non – selon eux une préservation efficace des milieux humides et hydriques.
Objectif 3 : Comprendre les modalités de la mise en œuvre de la loi dans les territoires pour identifier les leviers et les freins à la conservation des milieux humides. Cet objectif vise à comprendre la manière dont cette loi est
traduite et déclinée à l’échelle des MRC par l’élaboration du plan régional. En faisant une analyse des pratiques de gestion, des capacités d’actions des acteurs et des représentations susceptibles de les influencer, il s’agir notamment d’expliciter les critères de choix et de priorisation pour la définition des plans régionaux.
Objectif 4 : Comprendre les tensions éventuelles avec les acteurs locaux. La loi 132 est contraignante et est susceptible d’entrer en conflit avec certains usages ou avec le droit de propriété. Il s’agira donc d’identifier quels acteurs (acteurs économiques, propriétaires, habitants, usagers…) sont sources de tension et d’en déterminer les raisons en s’intéressant aux liens et aux formes d’attachement dans la relation usagers/milieux humides.

Les candidat(e)s intéressé(e)s devront soumettre les documents et informations suivants à Monique Poulin (monique.poulin(at)fsaa.ulaval.ca), Marylise Cottet (marylise.cottet(at)ens-lyon.fr) et Jean-François
Bissonnette
(jean-francois.bissonnette(at)ggr.ulaval.ca) : un CV à jour, une copie du relevé de notes (non
officiel), une lettre de motivation faisant état des intérêts de recherche et expériences ainsi que le nom et
coordonnées de trois personnes qui pourront agir à titre de référence. Le poste sera comblé aussitôt qu’un
bon candidat sera trouvé. Le projet démarrera dès que possible. Pour plus d’information, vous pouvez contacter Monique Poulin et Marylise Cottet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.