Offre de stage Master SHS/interdisciplinaire : enquête sur l’impact du développement urbain sur la qualité des cours d’eau

Offre de stage Master SHS/interdisciplinaire : enquête sur l’impact du développement urbain sur la qualité des cours d’eau

with Pas de commentaire

Proposition de stage de Master SHS/interdisciplinaire
Comment les acteurs les institutionnels et les représentants de la société civile appréhendent l’impact du développement urbain sur la qualité des cours d’eau ?

 

« Le stage a pour objectif la réalisation d’une enquête sociologique en prolongement d’une thèse en sciences de l’eau portant sur l’impact du développement urbain sur les contaminations des eaux de surface. L’idée est de mieux comprendre les perceptions des acteurs du territoire en lien avec cette problématique essentielle pour les milieux aquatiques et la zone côtière. L’analyse sera basée sur du matériau déjà disponible et la réalisation d’entretiens semi-directifs complémentaires. Elle sera complétée par la co-organisation de deux  focus groups.

Contexte et objectif : Ce travail de master se situe dans la prolongement d’une thèse préparée au laboratoire HydroSciences Montpellier, qui porte sur l’impact du développement urbain sur les contaminations des eaux de surfaces en contexte méditerranéen, avec une application sur le bassin versant du Lez et son sous-bassin du Verdanson. En effet, la zone urbaine de Montpellier génère de nombreux contaminants qui sont transférés dans le Lez et ses affluents par ruissellement sur les surfaces urbaines et débordements des réseaux d’assainissement. La thèse est l’occasion (1) d’acquérir des données pour identifier les contaminants présents sur le bassin versant et (2) de réaliser une modélisation hydrologique visant à simuler les flux de contaminants à l’exutoire du sous-bassin du Verdanson. L’enquête sociologique aidera à la construction de scénarii de développement urbain qui seront intégrés dans le modèle hydrologique, mais l’ambition est d’aller bien au-delà.

En effet, dans le cadre de la thèse, une quinzaine d’entretiens ont déjà été menés avec les acteurs politiques, certains services de l’état, les services techniques de certaines collectivités territoriales ainsi qu’une association ayant une posture d’expert. Les premiers résultats ont montré qu’un dialogue entre sciences sociales et les sciences de l’eau était nécessaire pour la construction de scénarii de développement urbain réalistes, l’impact sur les contaminations étant avéré. Ces recherches menées en amont représentent un matériau riche qui permettrait une analyse sociologique au-delà de la simple construction de scénarii pour la thèse en sciences de l’eau. Le stage de master vise à engager la réflexion dans ce domaine en exploitant les données déjà acquises tout en conduisant des entretiens complémentaires pour élargir le panel d’acteurs interrogés, et in fine, la réflexion. Une étude des controverses sur ces questions environnementales émergentes est à prévoir. L’organisation de deux focus groups permettra en outre de mettre en débat les résultats de la modélisation hydrologique, tout en offrant une occasion complémentaire d’observer les parties prenantes en situation.

Attendus
-Mémoire de Master (dont le cadrage sera discuté avec l’étudiant et son référent universitaire)

-Réflexion sur les niveaux de prise en compte de l’impact de l’urbanisation sur les eaux de surface en contexte pourtant assez contraint par les documents de planification et par la DCE.
-Étude du positionnement des parties prenantes qui semblent peiner à s’approprier ces questions.
-Identification de possibles leviers d’action.

Planning prévisionnel : 6 mois entre mars et septembre (possibilités de démarrage selon les contraintes de l’étudiant)

Impacts scientifiques : Ces recherches s’inscrivent dans le cadre de la proposition « Flux de contaminants et résistance aux antibiotiques dans l’Hydrosystème du Lez », qui vise à contribuer à la dynamique Zone Atelier « Petits Fleuves Côtiers Méditerranéens » en cours de construction dans la KIM Waters.

Budget : Gratification de stage (6 mois – 550 €/mois environ) / Frais de mission de terrain (agglomération de Montpellier) / Accueil dans le laboratoire Hydrosciences (pour faciliter les interactions avec le thésard impliqué dans le projet)

Compétences recherchées
Master en SHS en cours d’obtention (sociologie, science politique, géographie voire anthropologie)

Curiosité pour l’interdisciplinarité
Connaissance des problématiques environnementales (et/ou des enjeux de planification territoriale)
Notions de sociologie des sciences, des risques et/ou du politique
Maîtrise des méthodes d’enquête qualitatives en SHS »

Candidature : d’ici le 25/01/2019 à marie-george.tournoud@umontpellier.fr   /   christelle.gramaglia@irstea.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.