Journée d’étude – 11 février 2019 – Fleuves et sols affectés. Territoires et expériences des milieux dans les conflits et catastrophes écologiques

Journée d’étude – 11 février 2019 – Fleuves et sols affectés. Territoires et expériences des milieux dans les conflits et catastrophes écologiques

with Pas de commentaire

Une journée d’étude est organisée le 11 février 2019, à Paris (EHESS),
par Claudia Damasceno (EHESS, Mondes américains-CRBC) et Alice Ingold (EHESS, CRH) :

Fleuves et sols affectés.
Territoires et expériences des milieux dans les conflits et catastrophes écologiques.

9h30 – 17h – EHESS, salle BS1_28, 54 Bd Raspail, Paris 6e.

« L’appréhension des crises écologiques tend aujourd’hui à se faire autour de notions totalisantes, comme celle du climat, qui constituent des opérateurs de globalisation des relations entre sociétés et environnements. Ces notions appellent des formes de savoir, d’expertise et de calcul spécifiques, qui seraient seuls à même de restituer une catastrophe à la fois globale et systémique. Comment rendre compte de la pluralité des expériences de milieux, portées par les acteurs affectés par les changements radicaux ou les catastrophes écologiques ? En quoi ces expériences constituent-elles des formes de savoirs et d’expertises différents et alternatifs à ceux élaborés à une autre échelle ?

Les enquêtes présentées dans cette journée partiront de conflits ou de catastrophes écologiques observés par le bas (from below). Comment les milieux des habitants, les fleuves, les sols, sont-ils affectés par ces transformations ?

Quelle est la place des attachements dans les processus de mobilisation, de contestation et de réparation face au dommage écologique ? En quoi l’habiter un territoire est-il porteur de façons alternatives d’appréhender les crises ? Comment rendre compte de cette dimension locale des attachements sans tomber dans une disqualification localiste et égoïste, par des systèmes d’évaluation élaborés dans les capitales ou loin des périphéries extractives ? Comment restituer la créativité de ces élaborations locales, sans les essentialiser comme des résistances locales ?

Les controverses et les catastrophes se présentent comme des moments de rupture qui dessinent un avant et un après. Elles obligent les acteurs à repenser les trajectoires de leurs liens avec leurs environnements, à dénouer et à redessiner leurs attachements au territoire et aux milieux. En quoi la pluralité des liens au territoire se fonde-t-elles sur des savoirs, des histoires et des mémoires différents des lieux ? En quoi permet-elle, en retour, de dessiner d’autres futurs possibles ? « 

Programme :

9h30 – Accueil

Introduction, Claudia Damasceno (EHESS) et Alice Ingold (EHESS)

• Carmen Salazar-Soler (CNRS, Mondes américains-CERMA / EHESS) et Alice Langlois (Mondes américains-CERMA / EHESS)
Catastrophe écologique dans la Sierra Centrale du Pérou (XXe-XXIe siècle) : la contamination de l’eau un problème nouveau ?

• Kyra Grieco (Mondes américains-CERMA / EHESS)
Des lacs méchants à la yaku-mama : la construction sociale de l’eau dans une nouvelle région minière péruvienne

• Marc Elie (CNRS, CERCEC / EHESS)
Le séisme de 1988 en Arménie et l’expulsion des sinistrés azéris de Spitak

Discussion introduite par Thomas Leroux (CNRS, CRH / EHESS)

14h-17h

• Cristiana Losekann (UFES / Brésil)
Mélancolie et résilience dans la catastrophe minière du Rio Doce (Brésil)

• Juliette Woitchik (Université Saint-Louis / Belgique)
« Notre vie vaut plus qu’une allocation » : approche anthropologique des attachements au territoire sur les rives du Rio Doce après la rupture du barrage minier de 2015 (Brésil)

Discussion introduite par Sandrine Revet (CNRS, CERI Sciences Po Paris) et Alice Ingold (EHESS)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.