Expo-Conférence : « La dissémination de la recherche : une expérience d’écriture visuelle » – 29 nov

with Pas de commentaire

Expo-Conférence
« La dissémination de la recherche :
une expérience d’écriture visuelle »

Mercredi 29 novembre, 13h30-16h30

Université Paris Nanterre, bâtiment Max Weber, salle W40

 

En présence d’Armelle Giglio-Jacquemot (Anthropologue, Université de Poitiers) et Tadeu Giglio (Photographe-anthropologue)

 

L’Association Rés-EAUx et la Faculté de Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers co-organisent un cycle d’expos-conférences autour de leurs deux expositions photographiques, intitulées respectivement : « L’eau ne tombe plus du ciel » et « Ter Água ».

L’objet de ces rencontres croisées est de discuter du rôle de l’image et de la photographie dans la diffusion de la recherche scientifique. Il s’agit de monter comment et dans quels buts l’image fixe peut être mobilisée pour présenter les résultats de recherches scientifiques. L’eau, et à travers elle, ses techniques d’accès et d’approvisionnement, est le fil directeur qui va structurer les débats sur l’usage réflexif de l’image dans les sciences sociales. Aborder la thématique de l’accès à l’eau et des techniques qui y contribuent, en considérant les enjeux de diffusion des recherches sur ces deux objets, amène ainsi à considérer la question du rôle de la photographie, en tant qu’elle parle de l’eau, de ses intentions, et de ses contraintes, comme outil de valorisation d’un retour d’expériences. Comment intégrer la photographie en tant que support à part entière de dissémination de la recherche, que nous apprendt-elle, et que permet-elle de « montrer », et qu’est-ce que cette dimension visuelle apporte-t-elle aux interactions entre univers scientifiques, disciplinaires, géographiques ?

L’expérience de la rencontre entre les deux expos photos « L’eau ne tombe plus du ciel » et « Ter Água » servira de fil conducteur dans cette démarche, car elle illustre la nature et la diversité des types de liens qui peuvent se créer entre chercheurs et travaux pas nécessairement connectés dans un « monde » où l’information se dilue rapidement dans la densité et la profusion des données qui circulent.

 

Programme de l’expo-conférence

11h : Accueil de l’expo-photo « Ter Água » et installation dans le hall du bâtiment Max Weber. Elle rejoint l’Expo « L’eau ne tombe plus ciel » installée la veille en prélude à l’évènement.

12h-13h30 : Déjeuner avec les intervenants

13h30-13h45 : Introduction de l’expo-conférence, Rhoda Fofack (doctorante, Université Paris Nanterre)

13h45-14h15 : « L’eau ne tombe plus du ciel » et « Ter Água » : présentation des expositions et du contexte de leur rencontre

14h15-15h05 : L’exposition « Ter Agua » : restituer et disséminer ses résultats en images. Armelle Giglio Jacquemot (Enseignante-chercheure en anthropologie à l’Université de Poitiers)

15h05-15h30 : Discussions et échanges

15h30-16h : Tours des expositions et échanges avec Tadeu Giglio (photographe-anthropologue) sur la réalisation de photos de terrain ethnographiques

16h-16h30 : L’eau comme objet social, Rhoda Fofack

 

Présentation des deux expositions

Fruit et action de dissémination d’une recherche internationale et pluridisciplinaire financée par l’Agence Nationale de la Recherche, l’exposition TER ÁGUA – Récit photoethnographique de l’eau du quotidien à Recife (Brésil) s’inscrit au sein du programme de recherche COQUEIRAL coordonné par le BRGM. Elle montre les techniques et stratégies (d’approvisionnement, de stockage et de consommation de l’eau) mises en place par les habitants de cette capitale du Nordeste du Brésil pour avoir de l’eau dans un contexte de pénurie, de précarité de l’approvisionnement public et de quasi absence de traitement des eaux usées. Lancée en juillet 2015, l’exposition itinérante a parcouru divers cadres académiques et de vulgarisation scientifique au Brésil et en France.

« L’eau ne tombe plus du ciel. Techniques de pompage, pratiques sociales et nouveaux rapports à l’eau » est la 2ème exposition photographique de l’Association Rés-EAUx. Lancée en avril 2017, elle rassemble près de 40 photographies prises par des chercheur·e·s et des étudiant·e·s en sciences sociales, ainsi que par d’autres professionnel·le·s travaillant dans le domaine de l’eau dans le monde. L’objectif de cette exposition est de mettre en avant les techniques d’accès aux ressources en eau mais aussi les réseaux d’acteurs qu’elles mobilisent et les territoires où elles se déploient. Cela permet ainsi d’identifier l’importance​ de la technique dans la compréhension des structures sociales souvent peu apparentes, et de souligner leurs dynamiques de co-construction.

 

Répondre

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.