Appel à candidature pour l’atelier doctoral EHESS-EFR – La mer : histoires et sciences sociales des mondes liquides, octobre 2019

with Pas de commentaire

L’EHESS et l’EFR organisent à Rome un Atelier doctoral sur le thème général « La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation », décliné chaque année sur une thématique différente.

Le prochain atelier, en octobre 2019, portera sur « La mer : histoires et sciences sociales des mondes liquides ».
L’atelier est ouvert aux doctorant.e.s et étudiant.e.s à partir du M2 de toutes disciplines et de toutes nationalités. Des séminaires historiographiques et problématiques alterneront avec des ateliers centrés sur la présentation des travaux des participant.e.s. Les langues de travail sont le français, l’italien et l’anglais.

Objectifs:
Comment l’histoire et les sciences sociales étudient-elles les mers et les océans ? Existe-t-il des méthodes, des échelles et des temporalités privilégiées pour décrire, représenter et analyser ces vastes espaces liquides qui occupent plus de 70 % de la surface de notre planète ?
Cet atelier doctoral propose d’aborder ces questions en réfléchissant, dans la longue durée et avec les outils des sciences humaines et sociales, à la façon dont les sociétés humaines vivent et pensent les mondes aquatiques, les phénomènes maritimes (marées, vagues, courants, moussons, etc.) et les êtres vivants qui les peuplent (du taret aux coraux, poissons, coquillages et autres mammifères marins).
Espaces de contraintes et de ressources, de séparations et de connexions, de frontières et d’échanges, les mers constituent un laboratoire privilégié pour remettre en question les échelles d’analyse conventionnelles héritées de l’histoire politique des États-nations ou des empires. C’est ainsi que la Méditerranée, les océans Indien Atlantique ou Pacifique, les mers de Chine méridionale, les mers Baltique, Noire, Rouge, ou des Caraïbes, sont devenus des champs d’études à part entière, abordés depuis leurs géomorphologies particulières jusqu’aux mouvements des biens et des populations qui maillent leurs différentes rives. Faut-il donc étudier les mers depuis les continents adjacents, les îles, les golfes, les promontoires, les ponts des navires ou éventuellement sous les eaux ? Autrement dit, quels types de sources et de documents mobilise-t-on pour mener l’enquête ?

Cet atelier doctoral s’inscrira dans le sillage des « Sea » ou « Oceanic Studies », « thalassologie » et autre «thalassographie » qui proposent, au carrefour des différentes disciplines des sciences sociales, d’analyser la façon dont mers et océans s’inventent, se distinguent, se tracent, s’approprient et se disputent.
Une attention particulière sera portée aux outils (scientifiques, cartographiques, techniques, littéraires) qui ont permis de connaître et de figurer le globe terraqué. La question du statut juridique des mers, et des possibilités effectives de leur domination sera aussi abordée : la mer est-elle un bien commun ? ou bien la considère-t-on comme l’une de ces res nullius dont le premier occupant peut revendiquer la propriété ? Ces questions toucheront à la politique des puissances bordières, mais aussi aux querelles de toponymes, de frontières et d’usages des ressources de la mer. Enfin, l’objectif sera aussi de nourrir des réflexions sur les formes d’exploitation des écosystèmes marins, aux conflits et aux économies qu’elles génèrent. Cela conduira à traiter des questions environnementales, depuis l’histoire des sciences jusqu’à la géographie contemporaine des pollutions des mers et des menaces qu’elles font peser aujourd’hui à la planète, à l’humanité et aux non-humains.

Parmi les thématiques au cœur de cette rencontre : « Géographie et cartographie des mers et des océans » ; « À qui appartiennent les mers ? Frontières et droits de la mer » ; « Économies et sociétés maritimes : ressources et usages de la mer » ; « Échelles et temporalités des études maritimes ».

Dossier de candidature :
Le dossier de candidatures comprendra les deux pièces jointes suivantes à attacher directement au formulaire en ligne (format pdf) :
Champ « lettre de motivation » (un seul pdf) :
– une lettre de motivation ;
– un résumé (max. 4000 caractères) de l’intervention proposée ;
– une lettre de recommandation écrite par un.e titulaire dans l’enseignement supérieur et la recherche qui prendra soin de dater et signer la lettre et de faire explicitement référence au présent atelier.
Champ « CV » (un seul pdf) :
– un curriculum vitae (max. 3 pages) accompagné d’une présentation des recherches en cours et d’un programme de travail.
Tous ces documents peuvent être rédigés en français, italien ou anglais.
L’envoi du dossier de candidature est possible jusqu’au 20 juin 2019 à 17h (heure de Rome) via le formulaire en ligne accessible à l’adresse suivante : https://candidatures.efrome.it/atelier_doctoral_interdisciplinaire_mediterrannee_5_2019

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter : Claire Challéat, assistante scientifique pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome, secrmod(at)efrome.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protection contre les spambots * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.